Un jour mon prince viendra...

Publié le par E.M.

 


Il était une fois un petit prince qui possédait terres et château dans un petit village d’un pays de l’Est de l’Europe. Un jour, à l’arrivée d’une Armée dont la couleur ne lui convenait pas, il prit peur pour ses biens et sa famille ; il s’exila vers d’autres pays d’Europe qui lui semblaient plus accueillants et parvint finalement dans un pays qui ouvrait les bras aux exilés, un pays des Lumières, un pays des Libertés, un pays des Droits de l’Homme ! Eh oui, ce pays existait avec une République et des lois en faveur de tous les êtres humains comme des congés payés pour ceux qui travaillaient dur, une sécurité sociale pour tous, une semaine de travail à 40 heures (à l’époque), un salaire minimum, des entreprises publiques au service de tous… Beaucoup de ces acquis avaient été obtenus à une époque que l’on avait appelé le Front Populaire ou dès la fin d’une guerre terrible, par des représentants du peuple issus de la Résistance à l’oppresseur. En tous les cas, ils avaient été acquis à la force du poignet par des descendants de travailleurs qui en avaient sué sang et eau quelques années plus tôt pour tenter de survivre dans un monde implacable.


Ce prince arriva donc dans ce pays heureux puisque toutes ces libertés, tous ces acquis successifs avaient permis d’en faire le 5ème pays le plus riche du monde dans les années 80, comme quoi les libertés et les acquis des uns et des autres pouvaient tout à fait se concilier avec le progrès économique. D’ailleurs, le petit prince s’installa définitivement dans une riche banlieue de la capitale de ce pays et donna naissance à trois enfants qui firent de « brillantes » études grâce à un système scolaire qui ne fonctionnait pas si mal que cela !


C’est alors qu’un de ses enfants, qui avait la parole facile et le goût du pouvoir, décida de tout faire pour parvenir à diriger ce pays qui l’avait accueilli les bras ouverts, afin de lui rendre tout le bien qu’il lui avait donné : il fit des promesses « formidables » à tous les Citoyens en se présentant à l’élection majeure du pays. Il s’engagea à « réformer » et à régler tous les problèmes pour rendre ce pays encore plus accueillant. Et comme les Habitants de ce pays croyaient encore au Père Noël et au Prince Charmant (ils avaient perdu l’habitude de se méfier… ou de lire la presse bien informée), ils lui donnèrent la majorité pour prendre les rênes de ce pays. Le fils du prince s’entoura alors, dès qu’il fut élu, d’une Cour blanche… et rose et dès ce jour-là, il devint particulièrement dur (pour ne pas dire autre chose) avec ceux qui l’avaient élu et qui croyaient en lui : comme dans la fable, adieu veaux, vaches, cochons, poulets et à moi « les acquis sociaux » !


Le bon peuple de ce pays fut d’abord estomaqué : comme il gesticulait tous les jours devant des petites lucarnes auxquelles ce bon peuple faisait une confiance aveugle- « on l’a vu à la télé »- et comme il se maria avec « une princesse » qui focalisait tous les regards et les journaux people, il ne vit pas tout de suite que tout ce qu’il avait obtenu et qui lui avait permis de vivre pas si mal que ça jusque-là, se délitait chaque jour sous ses yeux endormis. On dilapida ainsi les bijoux de famille au profit d’une classe restreinte qui n’en avait que faire qu’une grande majorité de gens entre en souffrance, d’autant plus qu’une crise d’une ampleur inégalée apparut qui fit encore plus courber le dos à ce peuple « innocent ». D’ailleurs, on l’avait méthodiquement et soigneusement intoxiqué puisque ce bon peuple-là trouva, au début, toutes les excuses pour exonérer son « dieu » de tous les péchés originels ; en effet, si on en était-là, c’était la faute aux travailleurs qui se gavaient d’acquis sociaux, aux fonctionnaires, aux jeunes, aux immigrés, aux enseignants, aux malades, aux pauvres, à la protection sociale, au SMIC… Mais surtout pas à ceux qui avaient le pouvoir politique ou le pouvoir de l’argent ! Mais à force, le bon peuple ouvrit un œil… Il se mit à espérer qu’un mois de janvier… (La suite reste à écrire !).

C.Sauce

 

Publié dans Syndicalisme

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Marie-Christine darmian-Gautron 22/02/2009 03:49

Les mots sont forts et justes Merci pour ce texte que je vais de ce pas faire suivre sur la toile. Merci à vous deux. 

helene33660 27/01/2009 10:30

zut ce n'est pas de toi..; mais bon, j'ai hate de lire la suite...

REIX J-P 20/01/2009 07:57

Pour voir le commentaire 4!

Sauce Christian 19/01/2009 17:34





Cher Eric,
Merci beaucoup d'avoir relayé sur ton blog ma tribune libre. Je vois qu'elle a attiré quelques commentaires, en particulier celui de Monsieur Reix. Pour lui, il s'agit d'une recette facile. Je vais donc te préciser la genèse de cette réflexion.
C'est en parlant l'autre jour en famille de ce que nos parents, morts hélas depuis quelques temps, avaient fait pour que leurs enfants vivent mieux dans une société normale. Il n'y a qu'à voir qu’elles étaient leurs conditions de vie il n'y a qu'à peine 50 ans. Je me souviens de leurs luttes pour obtenir de meilleures conditions de vie, ils étaient ouvriers ou femmes de ménage, et ils se sont saignés pour nous payer des études longues. Jusqu'à maintenant nous vivions mieux grâce à leur dévouement pour leurs descendants. C'est ainsi que nous tous nous pouvions prendre des congés payés, nous avions un pouvoir d'achat qui nous permettait de vivre normalement, nous pensions travailler jusqu'à 60 ans et profiter d’une pension convenable, notre sécurité sociale semblait nous préserver des aléas de la vie.
Je peux te dire que chaque jour qui passe on fait de plus en plus attention à l'argent que l'on dépense. On hésite de plus en plus à aller chez le dentiste ou à changer sa paire de lunettes. On sait qu'on va partir à la retraite, si on y part, avec une pension en forte diminution. Pendant ce temps-là, j’en connais certains qui tout en ne se privant pas de prendre des vacances obtenues de hautes luttes par le combat syndical de la classe ouvrière, se gavent au maximum sur notre dos pour leur seul profit. Et ça, je ne le supporte pas en mémoire de tout ce que nos anciens ont fait pour qu’on puisse vivre dans un monde plus humaniste… Et qu’il est de moins en moins !
 
Amitiés.

E.M. 20/01/2009 09:44


Christian,

Merci surtout à toi pour ta lucidité et ton sens de l'intérêt général. 


fmds21 18/01/2009 06:29

Si le début du conte est joyeux et léger la fin risque d'être triste et douloureuse très douloureuse pour ceux qui ne sont pas dans le cercle restreint de la cour et du bouclier fiscal anti social. Alain